fbpx

Shu Ha Ri, L’art martial de l’agilité, ou les étapes de maturité des équipes agiles.

shu-ha-ri

Introduction

Quand vous observez,lors du daily stand-up meeting, que les membres de l’équipe donnent uniquement l’état de leur taches sans prêter attention aux autres, qu’ils veuillent quitter le meeting même si leurs collègues n’ont pas fini de parler. Ou encore, dans d’autres cérémonies comme le planning, ou les gens ne sont pas présents moralement, qu’ils ne participent pas et qu’ils attendent  la fin de la réunion. Probablement que l’équipe n’aurait pas vécu d’étapes d’apprentissage, mais plutôt introduite a l’agilité d’une façon superflue.

Quelles sont les étapes que les équipes agiles passent en apprenant l’agilité et en commençant à l’appliquer? A quel point est-il important de prendre le temps de maitriser chaque étape avant de passer à la suivante?
Aussi, comment faire pour montrer l’importance de ce cheminement aux gestionnaires et décideurs dans l’entreprise, afin qu’ils puissent aider leurs équipes à trouver leur chemin vers le succès.

L’impact de bruler les étapes

Les équipes agiles savourent généralement le succès quand elles mixent scrum avec d’autres frameworks ou approches, comme Lean ou User-Centered-Design. Toutefois,  la condition du succès est de garder intacte l’application du framework Scrum et le manifesto Agile.

Par ailleurs, l’échec est souvent au rendez vous quand une équipe remplace le framework et le manifesto par un moyen qui lui convient. La source de l’erreur réside dans ce choix de trouver une méthode de travail qui lui convient le mieux. Ce faisant, l’équipe rejette souvent l’occasion “inspecter et-adapter” et considère cette notion comme superflue, préférant croire qu’elle n’a pas besoin d’une structure formelle de se faire améliorer en permanence.

Les étapes de maturité des équipes agiles

Dans son excellent livre “Coaching Agile Teams”, Lyssa Adkins fait la similitude des étapes d’apprentissage des équipes agiles avec les stages par lesquels passent les arts martiaux.
En arts martiaux, l’étudiant progresse par trois stages essentielles appelés “Shu Ha Ri”.

  • Shu veut dire : Suivre la règle.
  • Ha veut dire : Casser la règle.
  • Ri veut dire : Sois la règle.

Il est de même pour l’équipe qui apprend a être bonne en agilité.

Shu : Suivre une seule route!

L’étape Shu stresse les bases d’une manière intransigeante si l’étudiant a un désir pour un apprentissage futur. La fondation peut être construite plus pertinemment en suivant un et un seul chemin.
Par exemple, dans Scrum, la cérémonie du “daily stand-up”, qui commence toujours a la même heure et a la même place, et durant lequel les personnes répondent aux mêmes trois questions, a une signification plus profonde que l’équipe découvrira en appliquant ces règles.
Toutefois, si les règles ont été appliquées mécaniquement tout au long de la vie d’une équipe, le stand-up pourrait probablement devenir un rituel vide. Si ces règles ne sont pas appliqués mécaniquement au début de la vie de l’équipe, le stand-up va certainement devenir aussi vide que la réunion de statut dans les méthodes classiques de gestion de projet, rituel qu’ils connaissent déjà.
Le point ici est que les règles, appliquées au début de la vie de l’équipe, cassent les patterns connues et usagés. Elles apprennent de nouveaux patterns via la répétition et le mimétisme.

Ha : réfléchir sur la vérité de tout!

Après Shu, vient l’étape Ha. En atteignant Ha, l’étudiant arrive à une compréhension profonde de l’art plus qu’une pratique répétitive. L’étudiant peut instruire les autres afin qu’ils améliorent leur propres pratiques. Dans la quête de l’amélioration, l’individualité émerge au fur et à mesure afin de sortir de la rigidité des règles (appliqués dans l’étape précédente). L’étudiant commence a réfléchir et questionner suite à son expérience personnelle.
Tout en devenant libre de ses pratiques, l’étudiant confirme attentivement les principes qui sous-tendent la pratique.
En Agile, une fois que l’équipe démontre sa capacité de faire un stand-up en respectant les règles, et par la suite une fois elle imprégnée de la profondeur du principe derrière le stand-up comme un meeting d’engagement au lieu d’un “statut”, elle pourra être prête à casser la règle. A cette étape, les règles faisant partie intégrante de la pratique sans aucun questionnement, leur pourquoi étant compris. L’équipe peut alors casser la règle et par la suite laisser le mécanisme “inspecter et adapter” leur montrer si leur changement est positif et utile ou non.

Ri : Tous les mouvements sont naturels!

Lorsque l’étudiant atteint l’étape Ri, les mouvement deviennent partie-prenante de ce dernier. Même si l’étudiant suit les règles, incluant ceux qui sont cassées et renouvelées, il n’y a plus de “technique”, tous les mouvements sont naturels. L’étudiant y va plutôt par découverte de soit que par instruction.
À l’étape Ri, l’équipe peut décider de remplacer le stand-up avec un autre meeting complètement diffèrent.

 

Comment déterminer ou est votre équipe dans ces étapes?

L’équipe peut être dans l’une ou dans tous les étapes simultanément. Elle Peut être dans Ha pour les règles du stand-up, et dans Shu puisqu’elle apprend encore les principes du “release planning”. Généralement, leur niveau peut s’approcher de Ha, mais quelques pratiques atteignent déjà Ri. Ceci s’applique aussi sur les personnes dans les équipes.

Rappel : Ne pas bruler les étapes

Se considérer dans Ha sachant que le fondement des règles n’est pas compris par l’équipe a des effets majeurs. En ce faisant, l’équipe trouvera de la difficulté à performer. Les gestionnaires qui regardent l’avancement de l’agilité – sans y être imprégnés – peuvent considérer cet échec comme un échec de l’agilité, puisque la flexibilité et l’autonomisation données à l’équipe sans gouvernance auraient emmené à ces échecs. On entend souvent cet effet de “manque de gouvernance” comme le point reproché aux méthodes agiles. L’impact peut être majeur, la raison dans notre cas provient de la non applications des règles dans chaque étape.

 

Le point

La conclusion est que la conscience de telles étapes est majeure pour l’entreprise et l’équipe. La première, en étant consciente de la maturité de ses équipes va entreprendre les actions nécessaires pour aider l’équipe à passer à l’étape suivante en éliminant les contraintes, et en appuyant son autonomisation.
De sa part, l’équipe démontre son désir d’apprendre, son sérieux et sa rigueur, en appliquant les règles en premier lieux et en ne pas brulant les étapes.

Dans la suite, nous allons voir quel role le gestionnaire / scrum master / coach peut faire pour accompagner l’équipe dans ces étapes. Restez branchés!

Anis Berejeb

Anis est avant tout un passioné de l'agilité et du développement. Avec plus de 15 ans dans le domaine du développement web, son expertise combine des connaissances accrues dans l'ensemble des notions partant du développement logiciel jusqu'à l'organisation des équipes dans les environnements agiles à grande échelle.

You may also like...